L’exploitation minière en Vallée d' Ossau

Franz Schrader, scientifique du XIXe siècle écrivait : "Les Pyrénées sont un véritable poème géologique", signifiant par là que le sous-sol de ce massif comporte une ressource minérale riche et variée. La vallée d'Ossau n'échappe pas à la règle.

Les premiers témoignages d'exploitation minière dans la vallée remontent au XVIe siècle, avec l'exploitation du fer sur le territoire de Louvie Soubiron, dans la vallée de l'Ouzom (mines de Baburet, environs de Ferrières). Elle fut à l'origine d'une forge à Béon pour le traitement du minerai (hématite).

En 1547, du plomb argentifère des montagnes de Castet et d'Aste était traité à la forge de Gére-Bélesten.

Cuivre, blende (sulfure de zinc), et fer oligiste furent exploités au Cézy ; plomb argentifère et sulfate de zinc argentifère à Arre, Anglas et Uzious ; fluorine à Aneü (exploitation en carrières) ; cuivre avec un peu d'argent à Aspeigt ; fer à Aste ; cuivre et calco-pyrite à Barthèque (Laruns).

L'exploitation était difficile, les conditions rudes de zones de haute montagne n'autorisant une activité que la moitié de l'année. Un terrible accident eut lieu en 1882 : par une triste journée de novembre, 16 ouvriers périrent dans une avalanche à Arre qui emporta leur baraquement.

Les forges, grosses consommatrices de bois, étaient éloignées des zones d'extraction car celles-ci étaient pour la plupart situées en haute montagne dépourvue de forêts. Le transport du minerai était long et délicat : ânes, mulets, bœufs, chevaux, lignes à wagonnets, câbles aériens devaient franchir un fort dénivelé, torrents et précipices.

Ces conditions d'extraction extrêmement difficiles, liées à un rendement faible et souvent incertain freinant les investissements, mirent fin à toute exploitation minière en vallée d'Ossau à compter de la première guerre mondiale.

Les mines de Baburet, territoire ossalois mais vallée de l'Ouzom, fermèrent en 1962.

Vieux wagonnets troués, câbles rouillés, rails tordus ... sont les vestiges d'un temps aujourd'hui révolu, mais ils sont encore là pour nous rappeler la sueur, le sang et les larmes qui ont été versés là haut.

2018-Les Amis du Musée d'Ossau.

Toute copie est autorisée à condition d'en mentionner l'origine.